Interview

Questions à l’auteur

Comment est né Chemins d’Amour ?

T.A. : Chemins d’Amour est mon premier ouvrage. C’est une réflexion sur l’amour, mais aussi un témoignage éminemment affectueux à ma famille, mes amis. C’est une fiction qui s’inspire du réel. Je la dédie à mes deux filles. Durant plusieurs années le récit ne comporta que quelques pages restées dans un tiroir. Puis un jour, après l’avoir montré à une connaissance qui maitrisait l’art narratif, il me fut conseillé de reconsidérer le personnage Marion. C’était peu avant l’été 2009. À l’époque, je dirigeais une structure de services à la personne que j’avais fondée et cela me prenait l’essentiel de mon temps. Toutefois, à mon retour d’été de Martinique, le récit fut prêt et retenu par la maison d’édition Amalthée.

Je me souviens avoir écrit dans ma chambre d’enfance à Fort de France, au mois d’août 2009, l’une des phrases les plus importantes de la nouvelle :

« La beauté de l’Amour se manifeste dans le sens que nous donnons à la vie, mais aussi à la mort. Ainsi, lorsque l’Amour et histoire d’Amour se confondent, s’ouvrent des voies qui défient la raison humaine, s’ouvrent des Chemins d’Amour. »

C’est le genre de phrases que l’on oublie jamais en tant qu’auteur. Mais j’étais bien loin d’imaginer la suite des évènements…

Pouvez-vous nous en dire plus ?

T.A. : Lorsque j’ai commencé l’écriture de ma première nouvelle, je pensais évoquer dans mes récits la prémonition, l’aptitude de l’homme à connaître le futur avant qu’il ne bascule dans le présent ou encore à échanger avec des défunts. Je me suis alors intéressé à la temporalité, à la médiumnité et à la réincarnation. Ces thèmes ont servi de cadre aux récits que j’imaginais. Parallèlement, je vécus à plusieurs reprises des rêves prémonitoires, synchronicités, ou flashs peu banals. Mais en bon cartésien, il fallait trouver des philosophes, scientifiques, théologiens, artistes, capables de donner sens à de telles expérimentations personnelles.

Grâce à de nombreuses recherches d’auteurs, de travaux scientifiques, de témoignages, l’énigme s’est progressivement dissipée. Régis Dutheil, dans L’homme superlumineux, m’a tout d’abord conduit sur la piste de l’existence d’un autre nous dans une temporalité distincte. Ce fût pour moi une révélation. Sur le même registre, Jean-Pierre Garnier Mallet, un autre physicien français de renom, met en avant, avec sa théorie du dédoublement, le principe de notre double qui se trouve, dans le cycle temporel actuel, dans le passé. Platon, dans son allégorie de la caverne, a parallèlement contribué à me faire entendre à quel point notre réalité était illusoire et le fruit d’une autre réalité déjà déroulée. Le philosophe me rappelait au fait suivant: nous vivons toujours le réel avec un temps de retard. Au fil des années, je pris connaissance des travaux de Ramond Moody, Ian Stevenson, le père Brune, Philippe Guillemant, Nassim Haramein, Stéphane Allix, Drunvallo Melchizedek, ceux des Théosophes, Spirites et bien d’autres, pour continuer de donner sens à mon constat.

Cette réflexion a donné lieu à l’écriture de Pyramidan.

Quelle est la théorie de Pyramidan ?

T.A. : Basé sur le postulat de l’existence de mondes parallèles, Pyramidan pose l’hypothèse de la division des protagonistes, et par extension des êtres humains, au sein de trois univers inter-reliés fonctionnant chacun dans des temporalités distinctes. À terme, les protagonistes doivent favoriser l’unification de l’âme fragmentée, fruit d’expérimentations multiples et de renaissances, guidées par des pensées ultimes d’amour.

Quelle est l’ambition de votre nouveau roman Les Secrets de la page 5 ?

T.A. : S’il peut être parcouru comme un thriller rythmé, ce roman revêt un caractère profondément initiatique et didactique. Il investigue notamment sur l’énigme eschatologique humaine et tente de répondre à une question éminemment universelle : comment comprendre notre rapport à l’au-delà ?

Les notions d’âme et d’Esprit y sont développées, non pas au regard du phénomène religieux, mais principalement dans une logique interdisciplinaire où philosophies antiques, orientales et découvertes scientifiques récentes, se rejoignent dans un même constat : l’Homme est un être multidimensionnel et dispose en lui d’une part intemporelle.

Durant leur cheminement, les six protagonistes principaux s’émancipent de la condition humaine première et du champ newtonien en découvrant les possibilités offertes par le champ quantique. C’est précisément parce qu’ils agissent avec l’intelligence du cœur que le merveilleux s’ouvre à eux.

Aussi, si Les Secrets de la Page 5 demeure une invitation à déployer notre imaginaire, il est avant tout une exhortation à rentrer en soi et à laisser éclore un monde souvent méconnu.

Éclairant le lecteur sur un choix décisif auquel l’Homme du XXIème siècle est confronté, le roman est un hymne à la méditation, à la transcendance et à l’Amour.

D’où vient votre attrait pour le cinéma ?

T.A. : J’ai suivi une formation de scénariste en 2012 au Centre Européen de la Formation et de la Production de Film. À l’origine de ce qui est en train de devenir une passion, certains de mes rêves. Je vous avoue être attentif à mes rêves. Dans Pyramidan par exemple, un des protagonistes, Jean, qui n’est autre qu’une des incarnations de Pyramidan au XXème siècle, explique à Paloma son interlocutrice, les 7 niveaux de conscience tels qu’un Deepak Chopra pourrait vous l’enseigner. Pour rappel nous pouvons expérimenter dans notre réalité le sommeil profond, le rêve, l’état de veille, les phénomènes de synchronicités, la télépathie, la clairvoyance, la connaissance des vies passées. Lorsque vous rêvez vous pouvez être guidé, vous pouvez voir le futur, un futur potentiel.

Si vous analysez avec attention les films traitant de la médiumnité, du temps, de la réincarnation (pas toujours mais bien souvent des productions américaines) vous comprendrez que tout y est. Ce qui parfois est un véritable casse-tête en matière de compréhension pour le public.

Prenez l’exemple d’Inception avec un Di Caprio et une Marion Cotillard d’exceptions. Vous êtes au minima bouleversé par l’enseignement du film, le cas échéant pas du tout convaincu. Il en est de même dans des dessins animés excellemment conçus, ou des oeuvres tous publics, pensez en l’espèce à Mimzy. Le grand public pourrait se dire « mais c’est quoi ces histoires de rêves imbriqués ou encore d’extra-terrestres dans le futur auxquels nous serions rattachés ? »

Et pourtant!

Lisez avec attention les grands auteurs de Pythagore (Vers d’Or) à Guillaume Delaage (ce n’est pas juste une histoire de quantités de livres vendus, à l’occasion lisez Le Choix Atlante, faites vos recherches personnelles) et vous saurez tirer le fil rouge vous amenant à la compréhension de la multi-dimension de l’être humain.

Dans le cadre du 7ème art, quelque soit la théorie défendue par un bon film, vous avez l’avantage de passer un moment agréable. C’est confortable. Un livre lui, demande un investissement intellectuel d’un autre ordre.

Un mot de conclusion ?

T.A. : J’analyse sur ce site,  mais également en conférences, de nombreuses thématiques conduisant à la même finalité : nous sommes bien plus grands que nous ne l’imaginons et disposons d’une énergie en nous éminemment créatrice. En nous reconnectant à notre part intemporelle, le merveilleux se révèle. C’est précisément de cela qu’il s’agit. Nous pouvons retrouver la mémoire nos vies passées, voyager hors du corps consciemment, ou créer le futur désiré.

Voir aussi :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s