Manika, une vie plus tard

film manika

Sortie en salles : 1989

Réalisateur : François Villiers

Acteurs : Stéphane Audran, Julian Sands, Jean-Philippe Écoffey

Synopsis : Première

Se procurer le film : Amazon, La Fnac

Récompenses : prix du public au festival de Cannes en 1989

Le commentaire de T. Augustin

Mon coup de cœur :

videos-seo-abondance violetRéincarnation    videos-seo-abondance violetKarma    videos-seo-abondance violetHindouisme


manika danse le kattak
Manika danse spontanément le Kattack

Le film : Manika (Ayesha Dharker), 10 ans, vit dans un petit village côtier au sud de l’Inde. Elle dit avoir déjà vécu et s’appeler Lakshmi. Ses camarades de classe incrédules se moquent d’elle. Intrigué par son habileté à parler l’anglais ou son aisance à exécuter le Kattack, une danse du nord, le père Daniel Mahonev (Julian SANDS)  son professeur d’école, vérifie les dires de Manika. Il découvre que Dhulikot, la ville où Manika aurait vécu, se situe au Népal. Intrigué, le père Daniel continue ses recherches et apprend par l’intermédiaire du père Augustin de Dhulikot, que Ranjit Sharma (Suresh Oberoi), celui que Manika dit être son ancien conjoint, existe.

Dans une irrésistible envie de connaître son passé Manika s’enfuit de son domicile et part pour le nord. En chemin elle se nourrit de fruits échangés contre des bijoux locaux, mendie et finalement est arrêtée par la police et ramenée chez elle.

manika et le père daniel
Manika et le père Daniel

Le père Daniel s’insurge contre la misère générée par le système des castes, véritable frein économique pour les pêcheurs du village. Dans sa volonté de faire signer une pétition pour les défendre, il est confronté à l’autorité religieuse de la mission Kundu et celle du père provincial.

 

Manika et Ranjit
Manika et Ranjit

Aussi, face à l’impératif de prendre un congé imposé, il accompagne Manika au Népal à plus de 2000 kilomètres de son village. Manika y retrouve son ancienne belle famille. Après quelques jours passés en compagnie de son ex-époux Ranjit, Manika décide de revenir en Inde auprès des siens, accompagnée du père Daniel qui s’était entre temps retiré dans les hauteurs népalaises au sein d’un monastère.

 


zoom2Zoom scénaristique

Scénario pertinent avec une construction efficace et réaliste des personnages. À sa sortie, le film reçoit le prix du public à Cannes.

Objectif de Manika : retrouver le lieu de son ancienne incarnation et son ex-conjoint.

Obstacles : Manika est démunie, sans argent pour se rendre au Népal. Sa famille ne peut la soutenir.

Antagoniste pour le père Daniel : le père provincial qui s’oppose à l’attitude du père Daniel et à son soutien aux pêcheurs.

Confronté aux faits, le père Daniel voit évoluer sa foi initiale dans le dogme chrétien de la résurrection à celui de la croyance en la réincarnation. En effet son propos initial en début de film était : « les catholiques n’ont qu’une vie. Après la mort l’âme s’envole et s’unira à dieu au jugement dernier » (29ème minute).

Le retour de Manika sème le trouble au sein du couple de Ranjit. Ranjit est un allié de Manika et la protège.

Résolution finale : Manika et le père Daniel, les 2 protagonistes principaux, grandissent dans une quête où la vérité doit l’emporter : Manika en retrouvant sa sérénité après confirmation de l’existence de sa vie passée et le père Daniel qui découvre une vision élargie de sa foi en y incluant la croyance en la réincarnation.

 

17-03-2016 21-44-24

Partons d’une première définition simple de la réincarnation : l’incarnation successive de l’âme dans différents corps au travers du temps et de l’espace.

En Occident, Phérécyde de Syros (6ème siècle avant J-C), l’oncle maternel de Pythagore, est l’un des premiers à évoquer l’immortalité et la double nature de l’âme, à la fois terrestre et divine. Dans sa continuité, Pythagore (-580 -495), célèbre pour son théorème, enseigna la transmigration de l’âme, c’est-à-dire son aptitude à migrer d’un corps à l’autre, ou à prendre une autre forme d’existence. Ainsi, Pythagore se disait être la réincarnation d’Ethalidès (fils d’Hermès), d’Euphorbe (héros de Troie), d’Hermotime (chamane), ou encore de Pyrros (pêcheur). On dit de Pythagore qu’il était en mesure de percevoir chez son interlocuteur son ancienne incarnation, fût-elle celle d’un animal… Quelques siècles plus tard, Origène (184-254) un des pères de l’Eglise, à son tour défendit la pérégrination de l’âme ou de l’esprit.

Sur le sujet, les religions monothéistes ont principalement un positionnement prônant une existence unique soumise au jugement dernier, bien que dans sa partie mystique le soufisme adhère à la théorie de la réincarnation, ainsi que le judaïsme qui la mentionne dans le Zohar. Dans celui-ci, Moïse y est alors la réincarnation d’Abel et Abraham, Isaac et Jacob, d’Adam.

Aussi, les défenseurs de l’antithèse réincarnationniste invalident le principe de la préexistence de l’âme, avant son arrivée dans un support corporel et considèrent la réincarnation comme illusoire. Néanmoins Saint Augustin (354-430) dans Les confessions, démontre son profond intérêt pour le sujet, comme le souligne cet extrait:

« Dis-moi, Seigneur… dis-moi, mon enfance a-t-elle succédé à un âge que j’aurais vécu, interrompue par une mort précédente ? Était-ce celui que j’ai passé dans le sein de ma mère ?… Et avant cette vie, Ô Dieu de ma joie, me trouvais-je quelque part, ou dans un autre corps ? Pour répondre, je ne trouve personne, ni père, ni mère, ni l’expérience d’autrui, ni ma propre mémoire ».

De nombreux chercheurs nous indiquent qu’il fallut attendre le concile de Constantinople II en l’an 553, au cours duquel l’Empereur Justinien, sous l’influence de l’impératrice Théodora, remplaça, au sein de l’Eglise, la thèse de la réincarnation et de l’origénisme par celle de la résurrection. Cette dernière promeut la thèse de l’unique incarnation et celle du jugement dernier, précédemment cités.

Bien qu’il pourrait paraître aujourd’hui absurde de vouloir défendre un positionnement scientifique vis-à-vis de la réincarnation (en effet, comment reproduire en laboratoire  l’incarnation de l’âme ?…), posons-nous cependant quelques questions :

En premier lieu, qui dit réincarnation dit préexistence de l’âme. Sur le sujet, les orientaux avec par exemple le bouddhisme, émanation de l’hindouisme, divergent. À cet égard, l’âme comme principe individuel n’est pas validée par ceux qui se  reconnaissent en Bouddha. Aussi pour les bouddhistes, devrait-on plutôt utiliser le terme de re-manifestation. Le Samsara, la roue de l’existence est alors perçue comme un engrenage dont il faut s’échapper. Le corolaire de la réincarnation devient ainsi karma, répondant à une logique de causes et d’effets où nous garderions en mémoire nos agissements de vie en vie.

Aussi, le premier écueil relatif à une juste appréhension de la théorie de la réincarnation est celui de la définition de l’âme. Mais il existe d’autres arguments défavorables à cette hypothèse des multiples renaissances.

Citons-en certains :

  • Insuffisance de témoignages;
  • Fragilité de ceux-ci;
  • Preuves non scientifiques;
  • Supercheries des cas observés;
  • Explosion démographique de la planète : nous étions un peu plus de 3 milliards dans les années 1970 et aujourd’hui plus de 7. Ainsi, d’où viendraient les âmes nouvelles ?
  • Même si des enfants font état de la même vie passée, certains arguent que toute idée relative à une vie passée n’est que créativité imaginaire. À ce propos, le psychiatre Suisse Jung, avec l’inconscient collectif, aurait d’une certaine façon apporté une réponse plausible à l’aptitude à se connecter à une mémoire collective dans laquelle iraient puiser ceux qui disent se souvenir d’une vie antérieure…

Les défenseurs de la thèse réincarnationniste avancent les arguments suivants, qui sont autant d’indices favorables :

  • La régression sous hypnose permet à des patients de guérir de traumas passés;
  • Avec le phénomène de xénoglossie, comment expliquer que certains consultants, lors de séances d’hypnose, parlent spontanément une langue totalement étrangère, voire morte… tel l’assyrien !!
  • Les enfants révélant les vies passées le font très tôt : l’affirmation arrive dès 2-4 ans avec des précisions incontournables sur des lieux, noms, dates sur les vies passées, totalement ignorés de leurs parents et entourage proche. Pensons au cas de Shanti Devi (1926 -1987) reconnu officiellement par Ghandi et adapté au cinéma par le réalisateur François Villiers en 1989 avec Manika, une vie après.
  • Que dire des Prédictions, vues en rêve, menant vers la réincarnation du 14ème Bouddha de la compassion ?  Voir le film Kundun, réalisé par Martin Scorsese et sorti en salle en 1997.

La plus grande des prudences intellectuelles demande de remonter toujours à la source lorsque l’on souhaite avec minutie dévoiler le réel. C’est la démarche entreprise par exemple par Ian Stevenson (1918-2017), considéré comme celui qui a révolutionné la réflexion sur la réincarnation. Ancien professeur et psychiatre à l’Université de Virginie, il a, durant plusieurs décennies, collecté et analysé des milliers de cas suggérant la réincarnation. Les études ont démontré que sur plusieurs centaines de cas où l’on pouvait trouver les rapports médicaux post-mortem, il y avait une correspondance importante voir troublante entre des marques de naissance et/ou membres atrophiés entre l’ancienne vie et la nouvelle incarnation…

Allons plus loin

En étant attentif aux propos de ceux qui mettent en garde contre une vision simpliste de la réincarnation, vous parviendrez rapidement aux interrogations suivantes : si l’âme préexiste à sa venue sur le plan terrestre, d’où le fait-elle ? Et dans ce lieu, combien d’âmes s’y trouvent ?  Y vivraient-elles différemment le temps ? Pourrions-nous vivre consciemment et simultanément en tant qu’âme et être incarné dans des temps qui ne soient pas les mêmes ? Aurions-nous accès à des mémoires passées et modifiables ? Pouvons-nous, comme certains l’affirment,  modifier le passé ?  Et si un médium est en capacité d’annoncer un futur, cela voudrait-il dire que le futur se serait déjà déroulé sous une forme potentielle que nous aurions du mal à discerner ?

Nous pourrions multiplier les questions, mais l’objectif n’est nullement de se perdre, sinon de nous emmener sur l’aspect éminemment multidimensionnel de l’être humain. À cet égard, évoquons quelques éléments sur l’âme :

Avec l’allégorie de la caverne, Platon fut l’un des premiers à nous faire comprendre que notre  perception du réel est, en fait, le reflet d’une autre réalité. Alors qu’est-ce qui perçoit en nous, si ce n’est l’âme… ? Nos sens ? Mais où sont situés ces derniers ? D’après Héléna Blavatsky et la Théosophie, ils siègeraient dans notre corps astral (l’homme disposerait de 7 corps, cf la représentation de l’homme septénaire dans le commentaire de Inception). Pour celui qui a expérimenté une sortie consciente astrale et vu son corps inanimé, cela ne fait aucun doute que ce n’est pas seulement avec les yeux reliés au cerveau que l’on voit.

Et si, au-delà de la simple perception de nos 5 sens usuels, nous percevions d’abord avec les attributs de l’âme, ne serions-nous pas, en réalité, des âmes qui expérimenteraient les effets de l’incarnation au travers de nos attributs physiques … ? D’où un changement de paradigme : nous ne serions pas uniquement des humains qui se tournent vers la spiritualité, mais également des âmes qui décident d’expérimenter sur terre.

Mais alors, pourquoi une âme  ne vivrait-elle qu’une expérience unique d’incorporation telle que l’enseigne le dogme de la résurrection…?

Des faisceaux d’indices concourent à nous aiguiller vers une représentation multidimensionnelle de l’homme, suggérée et non démontrée scientifiquement à ce jour, par le prisme de la théorie de la réincarnation. Néanmoins, le génie de tous ceux qui œuvrent pour nous révéler une réalité que nos 5 sens peinent à mettre en lumière, finira tôt ou tard par être porté aux vues du plus grand nombre.

  • Avec ses transes et guérison, Mesmer défia la médecine occidentale. Il préfigurait déjà l’hypnose et les futures thérapies transpersonnelles nous poussant à nous interroger sur notre véritable nature. 
  • Edgard Cayce, en voguant hors du temps (passé et futur), au travers de milliers de lectures de réincarnations de ses patients, apportait des réponses thérapeutiques réparant leurs troubles corporels et psychiques.
  • Allan Kardec, avec Le Livre des Esprits, nous indiquait nos multiples renaissances, et cela, sur de nombreux plans.
  • Avec Raymond Moody et ses études sur les morts imminentes (ouvrage La vie après la vie, documentaire Afterlife), il nous est aussi proposé de multiples pistes nous invitant à nous interroger sur notre représentation de l’humain.
  • À cet égard,  félicitons le remarquable travail de Stéphane Allix et l’INREES sur tous les sujets traitant de notre multi-dimension. Le journal Inexploré, dont il est fondateur avec Sébastien Lilli,  propose un dossier sur la réincarnation (n° de juin 2016).
  • Nous vous invitons aussi à visionner les films tels que Nosso Lar, Cloud Atlas, Dead Again… afin de disposer d’un regard averti sur l’enjeu qui nous serait proposé au travers des possibles renaissances multiples.

Réagissez à ce film ou cette publication, ou démarrez une discussion en laissant votre commentaire dans l’espace dédié en toute fin de page.

Pour en savoir plus, s’inscrire au cycle de conférences 2016 (participation libre et consciente).

Choisir un autre film dans la liste alphabétique

Voir aussi :  Pyramidan productions  /  Romans  /  Cinéma et spiritualité  / Articles  /  A propos de l’auteur  /  Conférences  /  Contacter l’auteur  /  Lexique

Vous pouvez reproduire le commentaire ci-dessus et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à  notre site  www.thierry-augustin.fr
  • que vous mentionniez le nom de Thierry Augustin

logo pyramidan6

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s